Histoire

ERDF est une jeune entreprise. Créée en 2008 dans le cadre de l’ouverture du marché de l’électricité à la concurrence, son histoire commence pourtant au milieu du XIXème siècle, avec le début de l’électrification des villes. Survol de plus d’un siècle de distribution de l’électricité en France.

La fin du XIXe siècle et le début du XXe sont marqués par l’essor des usages de l’électricité, avec notamment l’électrification des tramways, des métros et des chemins de fer. Les compagnies d’électricité s’implantent alors dans les grandes villes. Elles y construisent des centrales électriques et de petits réseaux locaux. À cette époque, chacune utilise des fréquences et des niveaux de tension variables, sans se préoccuper de l’interconnexion des réseaux.

Rapidement, les compagnies d’électricité se rendent compte qu’elles ont besoin de se porter assistance pour continuer à alimenter leurs clients en cas de panne. Elles décident d’adopter les mêmes standards techniques. Le maillage des réseaux peut alors commencer. Lorsque l’électrification des campagnes est envisagée, le développement du réseau de distribution est confronté à un problème de coût. Pour le résoudre, le système des concessions de service public est créé. Grâce à des contrats de concession, les communes confient à des sociétés tierces la construction des infrastructures électriques. En contrepartie, ces sociétés en assurent l’exploitation et perçoivent des redevances sur l’usage du réseau.

Grâce à ce système, le réseau s’étend rapidement localement sous l’impulsion de compagnies électriques privées. On passe ainsi de 7 000 communes électrifiées en 1919 à plus de 36 500 en 1938. Ces compagnies sont amenées à collaborer pour interconnecter leurs réseaux de transport d'électricité, créant à cette occasion des sociétés communes spécialisées. Le début des années 1930 marque le début des interconnexions de grande capacité (220 000 volts) entre les régions où est produite l’électricité (notamment les Alpes) et la capitale. En quelques années, la France se dote ainsi d'un grand réseau d'interconnexion à 220 000 volt

L’Etat intervient alors au nom de l'intérêt général. En 1938, il lance un plan d’interconnexion national pour porter l’électricité dans toutes les régions du territoire. Ce programme prévoit des investissements de 3 milliards de francs sur 5 ans : 1,5 milliard pour augmenter de moitié la production hydraulique et 1,5 milliard pour construire 4 000 kilomètres de lignes de transport d’électricité. À la Libération, le réseau de transport est le plus dense du monde, avec 22,5 km de lignes de plus de 100 000 volts pour 1 000 km2 (contre 5 km pour les États Unis, 15 pour la Grande-Bretagne et 18 pour l'Allemagne).

Le 8 avril 1946, la loi qui nationalise les entreprises d'électricité est votée. Un nouvel établissement public, Électricité de France (EDF), est créé. Il intègre les sociétés de production, de distribution et de transport d'électricité. EDF devient un instrument essentiel de la reconstruction de la France. Quant aux entreprises d’électricité fonctionnant en régie, elles ne sont pas nationalisées, car elles sont des émanations d’organismes publics. Elles forment aujourd’hui les entreprises locales de distribution (ELD).

La 1ère mission d’EDF consiste à gérer la pénurie. La distribution d’électricité est fonction des priorités nationales et régionales. Jusqu'en 1950, il faudra, faute d'énergie suffisante, organiser des coupures d'électricité. Autre tâche : l’harmonisation des standards hérités des sociétés nationalisées. La tension à 225 000 volts se substitue progressivement à 150 000 volts. La fréquence de 50 Hz se généralise à l’ensemble du territoire (elle était de 25 Hz sur une grande partie du littoral méditerranéen).

De 1950 aux années 2000, le réseau va se développer au rythme de la consommation croissante d'électricité. La tension à 400 000 volts, mise au point dès 1946, est adoptée comme norme européenne. Elle se déploie à partir des années 1960 et pendant les 2 décennies suivantes, accompagnant la montée en puissance de la production d’énergie d’origine nucléaire. Les interconnexions avec les pays voisins se développent pour soutenir un solde de plus en plus exportateur.

La loi de février 2000 introduit l’ouverture progressive du marché de la fourniture de l’électricité conformément aux engagements de la directive européenne de 1996 qu’elle transpose. Cette loi :

définit les missions de service public en matière d’électricité et leur financement,

prévoit la création d’un gestionnaire du réseau de transport d’électricité indépendant,

prévoit la séparation comptable des activités de réseau,

crée la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE), qui concourt au bon fonctionnement des marchés de l’électricité et du gaz naturel,

prévoit pour tous les utilisateurs un accès non discriminatoire au réseau électrique.

En juillet 2000, EDF crée une direction autonome dédiée à la gestion du réseau de transport de l’électricité. Ainsi naît RTE (Réseau de Transport Électrique).

En juin 2003, une 2ème directive européenne impose la séparation juridique du gestionnaire du réseau de transport et du gestionnaire du réseau de distribution.

L’année suivante, conformément à la loi du 9 août 2004 qui transpose cette 2ème directive, EDF sépare fonctionnellement ses activités :

la production et la fourniture entrent dans le secteur concurrentiel,

le transport et la distribution restent des activités régulées.

Ainsi, s’agissant de la distribution, EDF crée :

un service gestionnaire de réseau de distribution indépendant fonctionnellement, EDF Réseau Distribution (ERD),

un opérateur commun avec Gaz de France, EDF Gaz de France Distribution (EGD).

La loi prévoit également la séparation juridique du gestionnaire de réseau de transport de l’électricité (RTE).

La loi relative au secteur de l’énergie de décembre 2006 parfait le dispositif en :

complétant les missions des gestionnaires de distribution,

prévoyant la séparation juridique des gestionnaires de réseau de distribution (ayant plus de 100 000 clients) en opérant le transfert des biens, droits et obligations liés à l’activité de distribution auxdits gestionnaires,

adaptant les mesures garantissant l’indépendance des gestionnaires,

imposant la création d’un service commun aux filiales gaz et électricité.

ERDF, filiale d’EDF, chargée de la distribution publique de l’électricité, est ainsi créée le 1er janvier 2008.

Transition énergétique, développement des énergies renouvelables (EnR), essor du véhicule électrique, évolution des territoires, anticipation des aléas climatiques, nouvelles technologies, Linky,... le monde évolue et avec lui les nouveaux défis qu’ERDF doit relever.

 

Dans ce contexte, ERDF fait évoluer sa marque.
Pour vous, les réseaux se modernisent.
Le service public de l’électricité s’écrit aux couleurs de la transition énergétique : un avenir en bleu et vert.

 

Nous sommes convaincus que l’avenir du service public se construit avec l’énergie de tous.
C’est pourquoi notre nouvelle signature devient : “l’électricité en réseau”.

 

ERDF

Documents sur le même thème

  • So Grid, so Bordeaux : Présentation du démonstrateur So Grid d'ERDF à l'occasiondu salon smart...

    Vidéo

  • Salon Apprentissimo :

    Vidéo

  • Linky: A new-generation electricity meter

    pdf (530 Ko)

  • Linky : Un compteur électrique nouvelle génération

    pdf (259 Ko)

  • Attribution des marchés pour la pose des compteurs Linky

    pdf (660 Ko)

  • Un avenir en bleu et vert avec un nouveau logo

    pdf (683 Ko)

  • Communiqué de presse : ERDF dévoile son nouveau logo sur le Tour de France 2015

    pdf (334 Ko)

  • Mode de traitement des réclamations

    pdf (385 Ko)

  • L’analyse des réclamations des utilisateurs du réseau pour l'année 2014

    pdf (50 Ko)

  • Le code de bonne conduite édition 2015

    pdf (1 Mo)